AUCUN GÉNOCIDE!!! CIBLE : GRANDE-ARMÉNIE


Dear Ms. & Mr.


La Turquie qui joue un rôle de pont entre les continents l’Asie et L’Europe;
attire l’attention de tous les pays du monde avec ses détroits qui relient la
Méditerranée et la Mer Noire, et sa situation géopolitique sur le point
d’intersection des ressourses naturelles d’énergie du Moyen Orient, du Caucase
et de l’Asie Centrale.


Le territoire de l’Empire Ottoman dans le passé et de la Turquie
d’aujourd’hui ont été un champs où ont eu lieu de différentes intrigues à cause
de sa situation géopolitique et géostratégique. Les états colonisateurs qui
voulaient effacer l’Empire Ottoman sur scène historique en le désassemblant,
ont aussi utilisé pour leurs intrigues les Arméniens, qui vivaient depuis des
centaines d’années en paix avec le peuple Turc.


Comme dans l’histoire même, aujourd’hui il y a des pays qui essayent de
s’assurer des intérêts économiques et politiques sur le dos du peuple Arménien.
Dans certains pays, on dresse des monuments qui accusent la Turquie et les
Turcs d’avoir vérifié un génocide, dans d’autres pays les décisions de
reconnaître le prétendu génocide sont mis à jour aux parlements, et même
acceptées dans les parlements de certains pays. Ces sujets qui, en réalité,
doivent être laissés aux historiens, sont devenus un moyen d’intérêt aux mains
des politiciens.


Les Arméniens qui, durant l’histoire, ont été traités comme des citoyens de
troisième classe et qui ont été poussés aux guerres et exilés d’un coin de
l’Anatolie à l’autre par les Romains, les Perses, et les Byzantins se sont
servis de la croyance et de la tradition assemblante, indulgente, humaine,
équitable des Turcs dès leur entrée en Anatolie. L’époque qui a duré jusqu’à la
fin du XIXieme siècle a été “l’ère d’or des Arméniens”. Ceux qui ont les
plus profités de tous les moyens que l’Empire Ottoman a permis à tout sujet
travailleur, convenable, loyal et habile,ont été les Arméniens parmi tous les
autres peuples non musulmans. Ils ont été dispensés de faire le service
militaire et de payer une partie des impôts, et ont eu la chance de s’élever
dans les domaines de commerce, d’artisanat, d’agriculture, et de gestion, et
ont été acceptés comme “peuple fidèle” attaché à l’Empire et s’étant uni
avec le peuple Turc. Parmi cette société qui parle Turc dans l’environ, et qui
fait même ses cérémonies religieuses en Turc, il y en a qui ont eu des missions
importantes dans l’Etat, étant sous secrétaires et ministres, de la Marine, des
Affaires Etrangéres, des Finances, des Trésors, des Transports, et même il yen
a eu ceux qui ont rédigé des oeuvres en Turc et en d’autres langues étrangères
sur les problèmes de l’Empire Ottoman.


Mais pendant la période d’affaiblissement de l’Empire Ottoman, on a vu
l’intervention des pays Européens dans tous les domaines, et les relations
Turco-Arméniennes ont aussi commencé à affaiblir. Par les activités des
provocateurs particulièrement en vêtu des hommes de religion missionnaires que
les pays occidentaux ont introduit jusqu’à dans l’Empire, ils ont essayé
d’éloigner les Arméniens du peuple Turc, religieusement, politiquement,
socialement, économiquement et culturellement. Ainsi des événements dont les
Turcs la plupart du temps étaient vaincus ont commencé. Des milliers de Turcs
et d’Arméniens ont perdu la vie pendant les révoltes qui ont commencé dans
l’est Anatolien et qui se sont propagées jusqu’à İstanbul.


Pendant la Première Guerre Mondiale, bien qu’il y ait des Arméniens qui
étaient dans l’armée Turque ou qui travaillaient dans les services arrières, se
battaient contre les Turcs au front, et ont fait des massacres sans faire de
différence entre femmes, vieux, enfants et ont transformé l’Anatolie en une
ruine, en tuant des milliers de musulmans.


Les mesures que l’Etat a pris pour calmer et arrêter ces derniers-ci n’ont
servi à rien, et avec les provocations et les promesses des états étrangers les
Arméniens ont commencé à désassembler le pays dans lequel ils vivaient
tranquillement et en paix depuis mille ans.


En dehors de l’Anatolie, ont été fondées des organisations poussant les
Arméniens à des révoltes armées comme les comités Hintchac, Dashnac, le
Ramgavar, le Hintchac de révolution, et les sociétés; société vers l’Arménie,
société de la jeune Arménie, société de la croix noire, société de Halas et de
l’union. Par conséquent, des révoltes qui ont coûté la vie des milliers de
Turcs et d’Arméniens ont commencé à travers tout le pays.


Le Gouvernement Ottoman a essayé de résoudre ce problème par des “mesures
locales” mais il a vu que les événements n’allaient pas se calmer. Alors comme
dernière solution, il a soumis ses citoyens Arméniens comme beaucoup d’autres à
une émigration dans les régions du pays qui étaient en sécurité. Cependant le
Gouvernement Ottoman a réalisé une opération envers les comités Arméniens le 24
Avril 1915 et 2345 présidents de comités ont été détenus à cause d’avoir trahi
le pays.


Les comités Arméniens et certains pays qui utilisaient les Arméniens pour
leur intérêts économiques et politiques ont débuté une grande activité de
propagande pour persuader l’opinion publique mondiale que les arrêstations et
les émigrations qui ont eu lieu le 24 Avril étaient des génocides.


Juste après la Première Guerre Mondiale, les armées alliées avaient occupées
İstanbul et d’autres régions de l’Empire Ottoman. Les Anglais qui se trouvaient
parmi ces pays occupants, ont emprisonné 143 Turcs, parmis lesquels des
intellectuels et des leaders militaires et politiques, et les ont envoyés à
Malte en les arrêtant en raison d’avoir commis un délit de guerre pendant les
événements Arméniens. Tout de suite après, le procéssus de juridiction a
commencé. De profondes recherches à propos des accusations faites pour lesdites
143 personnes ont été faites dans les archives Ottomans. Mais aucune preuve à
propos des détenus de Malte justifiant les accusations de génocide n’a pu être
présentée au tribunal. Le gouvernement Anglais a alors commencé à faire des
recherches dans les documents qui se trouvent dans leurs propres archives et
dans les archives Américaines à Washington, ils n’ont encore eu aucun résultat.


Dans les documents d’archive des Etats-Unis, l’ambassadeur d’Angleterre à
Washington R.C. Craigie a écrit ceux-ci dans le message qu’il a envoyé à Lord
Curzon le 13 Juillet 1921:


“ Je suis désolé d’affirmer qu’aucune preuve qui peut être utilisée contre
les Turcs détenus à Malte n’a été trouvée… Il n’y a aucun événement concret
qui puisse former une preuve suffisante. Lesdits documents ne semblent en aucun
cas contenir des preuves qui puissent servir à renforcer les informations qui
se trouvent chez le gouvernement des magestés.”


Les conseillers légistes se trouvant à Londres ont décidé le 29 Juillet 1921
que les accusations faites contre les personnes qui se trouvaient dans la liste
des affaires étrangères d’Angleterre étaient de nature à moitié politique et
qu’ils devaient être jugés séparément des Turcs détenus comme délinquants de
guerre.


D’autre part, les affirmations: “ Nous n’avons pas entendu jusqu’à
maintenant des témoins aucune affirmation justifiant les accusations faites au
sujet des détenus. En réalité, il n’est pas sûr que nous allons pouvoir trouver
un témoin quelconque, vu qu’il n’est vraiment pas nécessaire de préciser à quel
point il est difficile de trouver un témoin dans un pays loin comme l’Arménie
et en particulier après une telle longue durée passée.”
appartientnent
aussi aux conseillers légistes du gouvernement Anglais se trouvant à Londres.


En conclusion, les détenus de Malte ont été libérés en 1922 sans aucune
accuse et sans débat.


Mais les efforts d’accuser les Turcs d’avoir réalisé un génocide n’ont pas
cessé; Pendant le processus de juridiction à Malte des documents accusant
l’Empire Ottoman d’avoir commis un génocide et essayant de prouver ce sujet ont
été publiés dans la presse Anglaise. On a allégué que lesdits documents ont été
trouvés dans les départements d’ Etat Ottoman en Syrie par les Forces Anglaises
d’Occupation sous le commandement du Général Allenby. Mais les enquêtes faites,
ultérieurement, par le ministère Anglais des affaires étrangères ont montré que
ces documents donnés à la presse Anglaise n’étaient pas les documents que
l’armée Anglaise avait trouvés mais des documents sans fondement que la
Délégation Nationaliste Arménienne de Paris, avait écrits aux délégations
alliées.


Malgré toutes ces réalités, les comités Arméniens qui s’efforçaient
extraordinairement pour actualiser les allégations de prétendu génocide ont
commencé des activités terroristes. Après 1965, l’affaire Arménienne qui s’est
fait sentir dans l’opinion publique en Turquie et et dans le monde entier avec
des campagnes de calomnies que les Arméniens vivant dans d’autres pays ont fait
commencer, s’est transformée en activités terroristes contre les représentants
Turcs à l’étranger après les années 1970. “La terreur personelle Arménienne”
qui a commencé avec le massacre de notre consul Bahadır Demir, et notre consul
général Mehmet Baydar par un vieux Arménien, Gurgen (Karekin) Yanikan, le 27
Janvier 1973 à Washington, s’est transformé en “Terreur Arménienne organisée” à
partir de 1975. Les attaques Arméniennes contre nos embassades, nos
fonctionnaires et nos établissements qui se trouvaient à l’étranger ont gagné
une densité en montrant une croissance prompt en peu de temps.


On a noté une grande augmentation dans la terreur Arménienne pendant la
période où les problèmes internes ont atteint leur sommet en Turquie, à partir
de l’an 1979. Les terroristes Arméniens ont réalisé dans 38 villes de 31 pays
110 actions terroristes au total, dont 39 armées, 70 bombardements et une
occupation. Pendant ces attaques 42 diplomates Turcs et 4 étrangers sont morts,
15 Turcs et 66 étrangers ont été blessés.


Sur les réactions du monde entier les organisations terroristes Arméniens
ont changé de technique dans les années 1980, et sont entrés en collaboration
avec l’organisation terroriste PKK. Avec les incursions de Şemdinli et d’Eruh
qui se sont produit en 1984, PKK a été poussé sur la scène, et la terreur
Arménienne ASALA s’est retirée en arrière. Les documents obtenus ont montré que
les millitans du PKK et du ASALA étaient éduqués ensembles dans les camps de
BEKAA et ZELİ.


Après les succès des forces de sécurité Turques en combat avec la terreur,
les comités Arméniens continuent de mener leur allégation à l’intermédiaire de
la diaspora Arménienne. Ils essayent de faire accepter leur allégation sans
fondement à l’opinion publique mondiale en rassurant des motions et des lois
reconnaissant le “prétendu génocide Arménien” aux parlements de différents
pays. Leur but est de “présenter” leur prétendu allégation à tous les
pays du monde, d’obliger la Turquie “reconnaître” ces allégations sans
fondement, de lui faire payer un “dédommagement” pour le prétendu
génocide, et de récupérer de la Turquie la “terre” qu’ils ont besoin
pour réaliser leur rêve de la “Grande Arménie”.


SPECIAL BUREAU OF REPUBLIC TURKIYE


Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

cialis 5 mg viagra satın al Elektronik Sigara https://wwv.stag9000.shop http://umraniyetip.org/anadolu-yakasi/maltepe-escort/ perabet